Décrypter son génogramme : comprendre son histoire familiale ?

Le génogramme est un outil utilisé en psychogénéalogie pour mettre à jour et libérer les mémoires et intrications familiales.

Qu’est ce qu’un génogramme

A la manière d’un arbre généalogique, le génogramme est construit ancêtre par ancêtre sur 3 ou quatre générations, incluant les enfants éventuels. On y ajoute les faits marquants de la vie de chacun, et les interactions des membres entre eux. Ils est inutile de lister exhaustivement tous les faits marquants et les informations précises de chaque ancêtres. On travaille à partir de l’image interne que se fait le consultant de sa famille et seule cette image compte.

Cette représentation mettra en évidence les mémoire familiales dont le consultant est porteur.

S’ensuivra alors la mise à jour des logiques persistantes et rédhibitoires de ces mémoires. En effet, en psychogénéalogie, le clan n’a de fin en soi que pour transmettre et faire perdurer les mémoires associées à son histoire. Une mémoire est la trace d’un événement difficile ou traumatique vécu par un ou plusieurs membres du clan, sans que l’événement n’ai été justement compris, intégré et assimilé comme un apprentissage.  Lorsque les mémoires disparaissent, il cesse d’exister. Les mémoires ne se transmettent que dans le but d’être reconnues et honorées à leur mesure. Les mémoires prennent leur source dans les événement marquants de la famille.

On entends par « clan » les ascendant et descendant du consultant ainsi que ses oncles et tantes et tous ceux qui ont compté et participé d’une manière ou d’une autre à l’histoire du clan. Une guerre, un déracinement, des persécutions, un viol, un inceste, un amour impossible, une mésalliance, un déshéritage, autant d’événements marquants susceptibles d’engendrer des contentieux. Si les contentieux ne sont pas réglés d’une façon juste et saine, ils perdureront sous forme de mémoire jusqu’à ce qu’un descendant l’honore à sa juste mesure. Il est courant alors qu’un scénario semblable se reproduise dans les générations descendantes, mettant en lumière une mémoire irrésolue. Ces contentieux prenant eux même leur source dans des mémoires plus anciennes et ainsi de suite. C’est pour cette raison que l’on ne remonte pas à plus de 3 ou 4 générations.

Les mémoires dont le clans est porteur se retrouvent nécessairement à la dernière génération. Lorsqu’un enfant né, il est est en charge de l' »homéostasie du clan », c’est à dire apporter un équilibre aux besoin du clan. En d’autre terme, il portera une partie de la problématique.

Pourquoi faire son génogramme.

Le génogramme nous permet d’identifier clairement ce dont nous sommes porteurs.

Il nous aide à relativiser. Nous nous entons souvent coupable de nos échecs et incompétences face à certains sujets sensibles de nos vies. Lorsque nous lisons notre génogramme, nous voyons à quel point tout est parfaitement agencé… Nous pensons être des individus séparés, libres de nos choix, mais il apparait clairement à la lecture du génogramme que la plupart de nos choix ne sont pas le simple fait du hasard ni de nos réflexions conscientes. Bien aux contraire, l’inconscient et ses mémoires transgénérationnelle y ont joué leur grande part. Ainsi, un enfant ayant toujours eu le souhait de donner naissance à une famille nombreuse, peu être surpris de découvrir une fois adulte qu’il a agit en loyauté envers l’un de ses ancêtres ayant rencontrés des problèmes de stérilité.

Au delà de sortir de la culpabilité, le génogramme nous remet devant nos choix de vie et nos valeurs fondamentales. Nous bâtissons des empires reposants sur des rêves et des souffrances d’enfant. Lorsque nous avons vu nos parents manquer d’argent, nous avons décidé de ne jamais manquer d’argent. Lorsque nous les avons vu se disputer, nous avons juré de ne jamais hausser le ton à la maison. Néanmoins ces intentions, aussi louables soient elles, s’enracinent sur une expérience souffrante subie. Elle n’est pas le résultat d’un acte de conscience, posé sur la base d’une prise de conscience mature. Aussi elle génère souvent de la souffrance à son tour.

Le génogramme vise donc à reconnaitre et honorer notre logique d’évolution, tout en reprenant la responsabilité et la liberté de ce que nous créons pour la suite. C’est donc un enjeu d’évolution majeur. Il permet au consultant de jouer son rôle naturel au sein de sa famille en étant conscient des projections restrictives qui lui sont attribué.

 

Comment faire son génogramme

En cabinet, en séance individuelle nous vous accompagnons dans l’élaboration et l’interprétation du génogramme.

Nous montons le génogramme dans les grandes ligne lors d’une séance de 2 heures, puis nous l’interprétons et le complétons avec vous dans les séances suivantes.

En accompagnement c’est un outil précieux qui démystifie et anticipe les événements que peut vous pouvez être amené à vivre dans votre parcours de vie.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone